1411672226

Caves

Église SAINTE GERMAINE DE PIBRAC

Messe : 2e samedi du mois à 10 h 30


 


Sainte Germaine Cousin  : Fêtée le 15 Juin

Vierge, Bergère – (1579-1601)

Germaine Cousin naquit à Pribrac, non loin de Toulouse. Sa courte vie de vingt-deux ans est une merveille de la grâce. Fille d´un pauvre laboureur, percluse de la main droite, scrofuleuse, elle fut, pour comble de malheur, privée de sa mère, à peine sortie du berceau. La petite orpheline devint l´objet de la haine et du mépris d´une belle-mère acariâtre et sans coeur ; la douleur, née avec elle, devait être sa compagne jusqu´à la mort. Cette pauvre ignorante fut instruite par Dieu même dans la science de la prière.

Bergère des troupeaux de la famille, elle passait son temps en conversations avec le Ciel ; le chapelet était son seul livre ; la Sainte Vierge était sa Mère, les Anges ses amis, l´Eucharistie sa vie. Souvent on la vit agenouillée dans la neige, traversant à pied sec le ruisseau voisin sans se mouiller, pour se rendre à l´église, où elle assistait chaque jour au Saint Sacrifice et communiait souvent, pendant que ses brebis paissaient tranquilles autour de sa quenouille plantée en terre. Charitable pour les pauvres, elle leur donnait son pauvre pain noir, ne vivant guère que de l´amour de Dieu ; et, un jour, le Ciel renouvela pour elle le miracle des roses devant les yeux de son impitoyable marâtre.

A sa mort, les Anges et les Vierges célestes chantèrent au-dessus de sa maison. Quarante ans plus tard, on trouva, comme par hasard, mais providentiellement, son corps intact avec un bouquet de fleurs fraîches, sous les dalles de l´église de sa paroisse. Elle est devenue une des grandes Thaumaturges et une des Saintes les plus populaires de la France.

L’ÉGLISE SAINTE- GERMAINE DE PIBRAC

L’église de CAVES fut construite en 1872 et dédiée à Sainte Germaine de PIBRAC. PIBRAC se trouve dans le département de HAUTE- GARONNE et la future sainte était une pauvre bergère qui vécut au XVIe siècle et fut canonisée en 1867 pour avoir opéré plusieurs miracles. Elle est fêtée le 15 juin.

Cette église est la concrétisation d’un voeu: en janvier 1871, le soldat Émile FONTANEL, âgé de 21 ans, fut grièvement blessé à la bataille de CHENEBIER-BELFORT et laissé pour mort dans la neige et le froid glacial. De longues heures s’écoulèrent avant qu’il ne fût secouru et c’est à ce moment-là qu’il fit le voeu de construire, s’il survivait, une chapelle, dans son hameau, chapelle qu’il dédierait à Sainte Germaine de PIBRAC. Il survécut…

Son hameau, c’était Les Caves de Treilles, qu’on appelait aussi “TREILLETTES”. Il s’était constitué autour de la bergerie de Pierre SUZANNE, “LANGELOU”, quand des habitants de TREILLES avaient construit leurs caves et leurs maisons dans la plaine, près de leurs vignes.

Le père d´Émile, Pierre FONTANEL, était le neveu de Pierre SUZANNE. Né à MAISONS, dans les HAUTES CORBIÈRES, où sa mère Elizabeth SUZANNE (soeur de Pierre) avait épousé Charles FONTANEL, il était descendu s’installer chez son oncle, riche et sans enfant. C’est donc lui, marié et père de deux enfants (Anne- Elizabeth, dite Zoé, et Emile ) qui fut l’héritier d’une coquette fortune.

Grâce à cet important héritage, Pierre FONTANEL put, dès 1872. aider son fils Émile à réaliser son voeu en faisant construire une église et non pas une simple chapelle, dédiée à Sainte Germaine. La construction se déroula selon les plans d’un architecte carcassonnais, M. DESMARETS, et un clocher abrita une première cloche, offerte par une habitante de La Palme, dont les parrains furent Pierre FONTANEL et Marguerite SUZANNE.

L’évêché de CARCASSONNE n’avait fait aucune difficulté pour la construction d’une église, mais ce n’est que le 1er juin 1875 que l’autorisation d’y exercer le culte fut accordée. Les habitants des Caves de Treilles avaient enfin leur église ! Le 15 juin devint jour de fête patronale dès 1876.

Le 22 avril 1879, donation fut faite à la commune de l’église, avec tout ce qu’elle contenait.

En 1877, Émile FONTANEL y avait épousé Angèle GOUELL, fille d’un grand médecin perpignanais et cela avait été le 1er mariage célébré dans l’église. On y célébra aussi 9 ans plus tard ses obsèques. Père de 4 enfants, il mourut d’une septicémie à cause d’une nouvelle infection de ses blessures. Il avait accompli son destin !

Génération après génération, la famille FONTANEL a toujours pris part de manière très étroite à la vie paroissiale et le 15 juin 1958, elle fit apposer dans la chapelle Sainte Germaine une plaque commémorative pour rappeler l’origine de l’église. Deux des fils d´Émile, Pierre et Léon, sa fille Germaine, ses petits-enfants et arrière-petits-enfants étaient là aussi et c’est l’un d’eux, architecte, qui fit les plans en vue de la réfection du clocher, en 1964.

Éléments fournis par Françoise Devic.