13-02-2019

Quelques textes à lire ou relire … c’est bon pour le cœur et pour l’âme !

Les hommes sont des cadeaux

Du moins ainsi pensait Jésus : ” Père, je veux que ceux que tu m’as donnés soient là où je serai… ”
Je partage l’avis de Jésus et je veux que ceux que le Père m’a donnés soient là où je serai.
Les gens sont des cadeaux que le Père a enveloppés pour nous les envoyer.
Certains sont magnifiquement enveloppés.
Ils sont très attrayants dès le premier abord.
D’autres sont enveloppés de papier très ordinaire.
D’autres ont été malmenés par la poste.
Il arrive parfois qu’il y ait une “distribution spéciale”.
Certains sont des cadeaux dont l’emballage laisse à désirer ;
d’autres dont l’emballage est bien fait.
Mais l’emballage n’est pas le cadeau !
C’est si facile de faire une erreur et nous rions quand les enfants prennent l’un pour l’autre.
Parfois le cadeau est difficile à ouvrir. Il faut se faire aider.
Peut-être parce que les autres ont peur ?
Parce que ça fait mal ?
Ils ont peut-être déjà été ouverts et rejetés !
Ou se pourrait-il que le cadeau ne me soit pas destiné ?

Je suis une personne et donc, moi aussi, je suis un cadeau !
Un cadeau pour moi-même d’abord.
Le Père m’a donné à moi-même.
Ai-je été regarder à l’intérieur de l’emballage ?
Ai-je peur de le faire ?
Peut-être ai-je jamais accepté le cadeau que je suis…
Pourrait- il se faire qu’il y ait à l’intérieur quelque chose de différent de ce que j’imagine ?
Je n’ai peut-être jamais vu le cadeau merveilleux que je suis.
Les cadeaux du Père pourraient-ils être autre chose que magnifiques ?
J’aime les cadeaux que je reçois de ceux qui m’aiment,
pourquoi pas les cadeaux du Père ?
Je suis un cadeau pour les autres.
Est-ce que j’accepte d’être donné par le Père aux autres ?
Un homme pour les autres ?
Les autres doivent-ils se contenter de l’emballage ?
Sans jamais pouvoir apprécier le cadeau ?

Toutes les rencontres sont des échanges de cadeaux.
Mais un cadeau sans quelqu’un qui le donne n’est pas un cadeau ;
c’est une chose privée des liens avec celui qui le donne ou celui qui le reçoit.
L’amitié est une relation entre les personnes qui se voient comme elles en vérité…
Les cadeaux du Père les uns envers les autres, pour les autres, pour des frères !
Un ami est un cadeau pas seulement pour moi, mais aussi pour les autres à travers moi.
Quand je regarde mon ami, quand je me l’approprie, je détruis sa nature de cadeau.
Si je le mets de côté pour moi, c’est alors que je le perds ;
si je le donne aux autres, je le garde.
Les gens sont des cadeaux reçus ou donnés…
comme le Fils.
L’amitié est une réponse de personnes – cadeaux au Père qui donne.
L’amitié est Eucharistie, action de grâce !

Georges B. Wintemann
Document du MEJ (mouvement eucharistique des jeunes)
Transmis par Aude Bernhart

 

Pour que la paix vienne …

Si tu crois qu’un sourire est plus fort qu’une arme,
Si tu crois à la puissance d’une main offerte,
Si tu crois que ce qui rassemble les hommes est plus important que ce qui les divise,
Si tu crois qu’être différent est une richesse et non un danger,
Si tu sais regarder l’autre avec un brin d’amour,
Si tu sais préférer l’espérance au soupçon,
Si tu estimes que c’est à toi de faire le premier pas plutôt qu’à l’autre,
Si le regard d’un enfant parvient à désarmer ton cœur,
Si tu peux te réjouir de la joie de ton voisin,
Si pour toi l’étranger est un frère qui t’es proposé,
Si tu sais donner gratuitement un peu de temps par amour,
Si tu sais accepter qu’un autre te rende service,
Si tu partages ton pain et que tu saches y joindre un morceau de ton coeur,
Si tu crois qu’un pardon va plus loin qu’une vengeance,
Si tu sais chanter le bonheur des autres et danser leur allégresse,
Si tu sais accepter la critique et en faire ton profit sans la renvoyer et te défendre,
Si pour toi l’autre est d’abord un frère,
Si la colère est pour toi une faiblesse, non une preuve de force,
Si tu préfères être lésé que de faire tort à quelqu’un,
Si tu crois que l’amour est la seule force de dissuasion,
Si tu crois que la paix est possible,
Alors la paix viendra.

Pierre Guilbert

 

Dans l’Esprit du Christ

Aide miséricordieusement tout ce qui a besoin d’être aidé – sinon par l’action, au moins par la prière.
Tendre vers le seul Bien nécessaire, s’abandonner tout entier au bon plaisir de Dieu ne signifie pas détruire toute joie, empoisonner tout commerce avec les hommes.
Aime l’homme en vérité et en toute cordialité, aime-le avec ce qu’il a de profondément personnel, aime-le dans ses nécessités et ses angoisses, dans sa peine sourde et son déchirement intime, dans son isolement déprimant, dans son humble repentir et toutes ses difficultés.
Aime l’homme dans son allégresse et son enchantement. Prend part aux petites joies que le jour lui apporte. Annonce-lui le joyeux message du Père; change, si possible, ses dispositions amères en une attitude de bonheur intime en face de la vie.
Sois patient vis-à-vis de ce qu’il y a de mauvais, de misérable, de défectueux en lui. N’appelle pas le feu du ciel sur le méchant.

Dom Idesbald Van Houtryve, o.s.b., de l’Abbaye du Mont Cesar
Extrait de “Dans l’Esprit du Christ”, Abbaye du Mont Cesar, Louvain, L’Edition Universelle, S.A., Bruxelles, 1939

 

Prière

Seigneur, dans le silence de ce jour naissant,
je viens Te demander la paix, la sagesse, la force.
Je veux regarder aujourd’hui le monde
avec des yeux tout remplis d’amour,
être patient, compréhensif, doux et sage,
voir au-delà des apparences Tes enfants
comme Tu les vois Toi-même
et ainsi ne voir que le bien en chacun.
Ferme mes oreilles à toute calomnie,
garde ma langue de toute malveillance;
que seules les pensées qui bénissent
demeurent dans mon esprit.
Que je sois si bienveillant et si joyeux
que tous ceux qui m’approchent sentent Ta présence.
Revêts-moi de Ta beauté, Seigneur,
et qu’au long de ce jour je Te révèle.

Claude Jeukens s.j.
Recueil de prières composé pour les Groupes de Jeunes de Verviers (Belgique).

Si…

Si ton existence est appesantie
par le mal que tu as fait,
par le mal qu’on t’a fait aussi,
et encore par le mal qui te dévore…

Si tu as mal à l’âme,
et au coeur et au corps aussi…

Si ta nuit est sans étoiles
et ton jour sans soleil…

Si tu ne vois plus
le bout de ton chemin,
si tu ne sais plus
la route à suivre…

Ne reste pas là sans bouger.
Tourne ton regard vers Jésus
qui déjà te fait signe.
Tends-lui la main,
il te présente déjà la sienne…

Tu verras,
tes forces reviendront,
tes yeux pétilleront de lumière,
ta vie reprendra tout son sens.
Et l’espoir refleurira
au jardin de ton coeur.

Jules Beaulac, prêtre
Prières, Editions Novalis.