CONDUIS-MOI SUR L’AUTRE RIVE

Je ne pourrais jamais oublier une bribe de chanson
que j’entendis une fois au point du jour:
“Batelier, conduis-moi jusqu’à l’autre rive!”

Dans toute l’agitation de notre travail retentit cet appel:
“Conduis-moi jusqu’à l’autre rive!”

Dans l’Inde, le charretier qui conduit sa voiture chante:
“Conduis-moi jusqu’à l’autre rive!”

Le petit colporteur qui vend de l’épicerie à ses clients chante:
“Conduis-moi jusqu’à l’autre rive!”

Mais où est l’autre rive?
Est-ce autre chose que ce que nous avons?
Non, c’est au cœur même de notre activité que nous cherchons notre but.
Nous appelons pour qu’on nous fasse traverser, là même où nous sommes…

Où pourrais-je te trouver sinon dans ma maison devenue Tienne ?
Où pourrais-je me joindre à Toi, sinon dans mon travail transformé en Ton travail ?
Si je quitte ma maison, je n’atteindrai pas Ta maison ;
si je cesse mon travail, je ne pourrais jamais Te rejoindre en Ton travail,

car Tu habites en moi, et moi en Toi.

Rabinddranath Tagore (extrait de Sadhana)